Mon panier d'achatMon compte
Rechercher
AccueilVisitez notre page Facebook

Louis Hémon

Biographie de l'auteur

Louis Hémon est né à Brest, en France le 12 octobre 1880. À Paris, où sa famille emménage, il fréquente les lycées Montaigne et Louis-le-Grand. Après des études en droit et en langues orientales à la Sorbonne, il s'exile à Londres. Secrétaire bilingue au sein d'agences maritimes, il collabore à partir de 1904 à un journal sportif parisien, Le Vélo, dans lequel il publie des récits et des chroniques. C'est à Londres qu'il écrit un recueil de nouvelles et trois romans qui, malheureusement, paraîtront bien après sa mort. Des raisons familiales causent son exil au Canada.

Après un séjour à Québec, il débarque à Montréal et gagne sa vie comme commis dans une compagnie d'assurance, tout en écrivant quelques articles sur le Canada. Le 15 juin 1912, il quitte Montréal pour la région du Lac-Saint-Jean. Il séjourne d'abord à La Tuque, puis à Roberval, une ville située au bord du majestueux lac Saint-Jean, dont il projette de faire le tour à pied. À Péribonka, Hémon rencontre Samuel Bédard, qui l'engage comme ouvrier agricole. Le jeune homme travaille sur la ferme jusqu'au mois d'août, puis comme chaîneur pour une société d'arpenteurs, au nord du lac Saint-Jean. 

Dans ce pays de colonisation, Louis Hémon détonne dans le paysage. Il apparaît comme un être étrange, acceptant de travailler pour rien, parlant peu, toujours un carnet à la main, n'assistant pas à la messe comme tout le village, mais attendant la sortie des paroissiens devant l'église. Hémon quitte Péribonka et les Bédard le 28 décembre 1912 et s'installe sur l'autre côté du lac, à Saint-Gédéon, où il rédige une première version de son roman qu'il intitulera Maria Chapdelaine, dont il avait fixé les grandes lignes sur son carnet. Au début d'avril 1913, de retour à Montréal, il travaille comme traducteur, tout en dactylographiant le matin son roman sur la machine à écrire de son employeur. Il expédie enfin son tapuscrit au journal Le Temps, qui le publiera l'année suivante sous forme de feuilleton.

Entre-temps, Hémon quitte Montréal en direction de l'Ouest canadien, où il souhaite participer aux moissons. À Chapleau, où il s'est arrêté, il meurt à 32 ans, happé par un train le 8 juillet 1913. Une première version de ce qui deviendra un classique de la littérature francophone paraîtra d'abord au Canada en 1916, puis en France en 1921, chez Grasset. Maria Chapdelaine sera vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde et sera traduit dans plus de vingt-cinq langues.

 

Biography

Louis Hémon was born in Brest, France, on October 12, 1880. His family moved to Paris where Louis attended the Lycée Montaigne and, later, the Lycée Louis-le-Grand. After studying law and Oriental languages at the Sorbonne, Louis moved to London, England, where he worked as a bilingual secretary for shipbrokers and, in 1904, became a contributor to the Parisian sports newspaper Le Vélo. While in London, he wrote a series of short stories and three novels, which, unfortunately, would only be published after his death.

Family reasons caused him to exile to Canada. After a short stop in Québec city, he moved on to Montreal where he made a living working for an insurance company. Meanwhile, he wrote several articles on Canada. On June 15, 1912, Louis Hémon left Montreal for the Lac-Saint-Jean region, staying briefly in La Tuque and then Roberval, a city located along the majestic Lac Saint-Jean. In Péribonka, he met Samuel Bédard who hired him as a farmhand.

At the end of summer, Louis went further north, where he took measurements for surveying work. In this period of colonisation, Louis seemed out of place. Unlike the rest of the villagers, he did not attend mass. However, he was always waiting for the parishioners outside the church once mass ended. He was perceived as odd, someone who worked for nothing, who spoke little and always carried a notebook in hand. Hémon left Péribonka and the Bédard family on December 28, 1912, for Saint-Gedéon, on the other side of the lake, where he began writing the first draft of his novel, Maria Chapdelaine. Shortly after, he returned to Montreal and, in April 1913, began working as a translator. He spent his early mornings typing out his novel on his employer’s typewriter and eventually sent his finished typescript to Le Temps – a newspaper that published it the following year as a serial story.

Meanwhile, Hémon set off for western Canada, hoping to help out with the harvests. On July 8, 1913, he died when struck by a train in Chapleau, Ontario, at the age of 32. The first version of what would become a great classic in French Canadian
literature appeared in Canada in 1916, and later in France in 1921 with French publisher, Grasset. Maria Chapdelaine has sold millions of copies worldwide in over 25 different languages. 



 

Liste des livres de l'auteur
Louis Hémon

Roman, Second Souffle, 2013, 224 pages.